Que nos yeux s’ouvrent avec quatre vendredis de jeûne et de prière

Monseigneur Pierre-Yves Michel, évêque de Valence et tous les évêques de France appellent à une démarche spirituelle de jeûne et de prière dès demain, vendredi 15 janvier, pour sortir d’une bioéthique aveuglée.

Le projet de loi révisant la loi de bioéthique revient bientôt devant le Sénat, en deuxième lecture. Déjà mobilisé depuis de nombreux mois sur ce sujet, Pierre-Yves Michel, évêque de Valence avait rencontré le sénateur de la Drôme Gilbert Bouchet pour le sensibiliser aux conséquences de ce projet de loi que le Gouvernement voudrait le faire aboutir sans retard. « Je dénonce toujours la mesure de l’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes seules ou aux couples de femmes et sur le récent vote par l’Assemblée Nationale de l’allongement du délai d’avortement de 12 à 14 semaines. Ce projet de loi entraîne des risques graves pour notre société en bouleversant l’ordre de la filiation humaine, en ouvrant de fait un droit à l’enfant au lieu de défendre les droits de l’enfant, et en organisant sur les embryons humains des recherches qui ne respectent pas leur intégrité et qui n’ont pas pour première visée leur santé, mais plutôt une amélioration des succès de la technique de procréation médicalement assistée. 

C’est un projet inquiétant, on fonce dans un gigantesque marché de la procréation. On a l’impression que d’un progrès on n’en regarde pas sa dimension humaine. Certes la recherche médicale et scientifique sont belles et nécessaires, cela ne fait pas problème avec la foi, au contraire. Or là nous craignons des bébés à la carte, des bébés médicament. On ne peut pas regarder un enfant comme simplement l’objet du projet parental », estime Monseigneur Michel. Avec ses confrères évêques de France, ils appellent tous les catholiques ainsi que les hommes et femmes de bonne volonté à se tourner vers Dieu en priant et en jeûnant pour « Lui demander la grâce de nous ouvrir les yeux à tous et d’être ensemble des artisans du respect de tous les êtres humains dès leur conception ».

Cette démarche spirituelle de jeune et de prière pourra se vivre chacun chez soi, seul ou en famille, ou, si les normes sanitaires le permettent, en communauté entre janvier et début février quatre vendredis (15, 22, 29 janvier et 5 février). Le support d’aide à la prière de ce vendredi 15 janvier est ci-dessous.

Les catholiques souhaitent aider la société française à être une société de l’amour et de l’espérance dans la vérité et le respect de la dignité humaine, sans quoi la fraternité prônée dans la devise républicaine ne serait qu’illusion.

Pour le vendredi 15 janvier 2021

« Jésus répondit aux scribes et aux pharisiens : « Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a autorité pour pardonner les péchés sur la terre…

– Jésus s’adressa au paralysé – je te le dis, lève-toi, prends ton brancard, et rentre dans ta maison. ». Il se leva, prit aussitôt son brancard, et sortit devant tout le monde. » (Luc 5,24-25)

Trois intentions de prière

Rendons grâce à Dieu le Père pour la beauté de la dignité humaine en chaque être humain, son enfant bien-aimé, quelle que soit la gravité de son péché.

Supplions Dieu pour que nos yeux voient cette dignité chez les plus faibles qui ont à porter leur brancard, symbole de leur maladie, de leur handicap, de leur fragilité, de leur dépendance.

Prions pour les hommes et les femmes engagés dans le soin et l’accompagnement.