Appel décisif du 1er mars

Le 1er mars 2020 nous nous sommes retrouvés à la Cathédrale de Valence pour la célébration de l’Appel Décisif présidée par Mgr Pierre-Yves Michel. Nous étions moins nombreux que les autres années, peut-être à cause de la peur des virus, mais la célébration a été intense, recueillie, et nous avons été bien soutenus dans notre prière par la qualité du chantre et de l’accompagnement musical.

Cette année notre Évêque a appelé 31 catéchumènes à être baptisés lors des « prochaines fêtes de Pâques ». (Ou un peu plus tard, compte tenu des récents évènements). Ils proviennent de toutes les Unités Pastorales du diocèse. Il y a 20 femmes et 11 hommes, entre 17 et 57 ans.

La particularité cette année c’est qu’ils sont très jeunes : la moyenne d’âge est de 31 ans. Un tiers à moins de 26 ans et un deuxième tiers entre 26 et 36 ans. Nous comptons sur eux pour rajeunir et vivifier nos communautés.

Ils ont des activités très variées, dans de nombreux domaines de la société :
Étudiants, ouvriers, employés, cadres… Dans les domaines de la Santé et du Paramédical, la Banque, l’Assurance, le Commerce, l’Industrie… Mais également mère au foyer ou acteurs dans les Services à la famille.

Cela nous montre que Dieu appelle en permanence et souligne la diversité de ceux qui y répondent.

Aurélie, une catéchumène, nous a témoigné de son cheminement : « Croire m’était difficile, parce que je suis très rationnelle, et croire c’est faire confiance et s’abandonner ». Mais aussi de l’importance des témoins que Dieu a mis sur son chemin (amis, famille, accueil de la communauté paroissiale).

Émilie, accompagnatrice d’une autre catéchumène, nous a fait part de sa joie et de ce qu’elle a reçu dans ce parcours. « Jésus est un sacré numéro. Il arrive à multiplier les grâces et quand on donne à quelqu’un on reçoit encore plus. Je peux attester qu’il m’a beaucoup fait grandir, éprouvé même des fois. Il m’a donné d’approfondir ma foi, de m’abandonner toujours plus dans ses bras et de lui faire confiance ».

En ces temps particuliers de confinement, où nous vivons une sorte de carême au niveau national (voire mondial), nous devons accompagner encore plus fortement les catéchumènes, dans nos équipes, dans nos paroisses, par nos prières. Déjà tournés vers le matin de Pâques nous devons les aider à poursuivre le chemin vers les sacrements de l’initiation chrétienne, dans l’incertitude de la date de leur baptême, mais avec la certitude de la victoire du Ressuscité.

 

Catherine et Hubert de Pommerol, responsables diocésains du Catéchuménat