Voyage de l’Espérance à Assise : « un souffle nouveau »

Du 16 au 21 septembre, une centaine de personnes du Secours Catholique Drôme-Ardèche sont parties sur les pas de saint François d’Assise et de sainte Claire. Ce voyage de l’espérance, à l’initiative du Secours Catholique et soutenu par les évêques dans le cadre de la diaconie diocésaine, a favorisé une collaboration avec les personnes des communautés paroissiales. Pour notre diocèse, dix petites fraternités se sont mises en marche, pour vivre une démarche fraternelle, amicale et faire l’expérience d’un compagnonnage avec les personnes les plus fragiles.

Les fraternités se sont retrouvées durant l’année pour préparer ce voyage et cheminer ensemble sur un chemin d’espérance, pour changer de regard sur l’autre et sur soi-même. C’est donc fort d’une expérience de partage et de fraternité déjà vécue, que tous ensemble nous avons ont pris la route vers Assise. Ces quelques jours à Assise ont consolidé ce qui a été vécu dans les fraternités ; j’ai pu expérimenter un souffle nouveau celui de l’Esprit qui permet les échanges en vérité et en confiance entre les uns et les autres. Ce vivre ensemble de quelques jours nous a fait partager le quotidien et l’extraordinaire, cela a généré de la joie, de la bienveillance, de l’attention. Chacun(e) a pu partager en fonction de ses talents, nous avions tous quelque chose à donner et à recevoir. Cette expérience de la fraternité qui donne la place aux plus fragiles et aux plus pauvres au sein de nos communautés chrétiennes, nous donne de nous reconnaître frères et sœurs ayant le même Père.

Dominique Rey, responsable du service Diaconie et soin

 

Témoignages de trois fraternités :

Philippe et Jocelyne Lucciani :  » Depuis plusieurs dizaine d’années, le Secours Catholique propose à ses bénévoles et à ses bénéficiaires une expérience de fraternité appelée « Voyage de l’Espérance » Cette aventure permet à chacun dans l’état dans lequel il se trouve de dire à ses frères dans une grande simplicité son Espérance en la vie, sa Foi en l’homme, sa Foi en Dieu. Cette année le Secours Catholique avait ouvert ce « Voyage » aux paroissiens de nos deux diocèses « Drôme-Ardèche » et c’est à Assise sur les pas de saint François que nous avons vécu cette belle expérience de fraternité. Notre évêque Pierre-Yves Michel était du voyage.

La figure de François « le pauvre d’Assise » a laissé une empreinte sur chacune de nos journées, sur chacune de nos rencontres fraternelles. Chaque instant de nos vies pouvait se relire à travers la vie de François. Sa rencontre avec les lépreux. Son hymne à la Création. Sa rencontre avec le Sultan. Son dépouillement et son amour de l’Église. Moments en fraternité, temps de création (danse, chants, ateliers), visite des lieux marqués par la présence de François et de Claire, messe pour ceux qui le souhaitaient ont rythmés nos journées.

Le séjour s’est achevé, par un temps d’envoi où chacune de nos fraternités a reçu un « bâton de marche » pour que se continue le chemin dans nos lieux de mission, et par un temps de fête expression de ce que nous avions vécu ensemble.  »

 

Jocelyne et Jacques :  » Ce voyage de l’Espérance a été l’occasion pour nous tous de prendre le temps de se poser, de regarder son chemin de vie, de méditer, de prier… Chacun pouvant avancer dans sa recherche du sens donné à sa vie, dans sa quête d’espérance… Chacun selon sa propre religion, en toute liberté et dans le respect de ses propres convictions et de celles des autres. Nous avons ressenti cette atmosphère particulière qui nous a amené tout naturellement au recueillement et à la prière et qui nous a poursuivis dans toutes nos visites.

Cinq visites nous ont surtout marqué :
• D’abord et avant tout, bien sûr, la Basilique Saint-François-d’Assise, avec sa partie inférieure et sa partie supérieure, et surtout dans sa crypte le Tombeau de Saint François ;
• Ensuite la Basilique Sainte-Claire qui conserve, dans sa crypte les reliques de Sainte Claire ;
• Puis l’église Saint-Damien, là où Sainte Claire est décédée le 11 août 1253 ;
• L’église de Portioncule, là où se trouve la chapelle du Transitus et où mourut François dans la nuit du 3 au 4 octobre 1126 ;
• Et enfin l’Emitage « les Carceri ». Le mot Carceri signifie littéralement les Prisons. Comme il ne fait pas allusion ici à des prisonniers au sens pénitentiaire, mais à des reclus au sens religieux, la meilleure traduction serait encore « Les Solitudes ».
Les Carceri nous ont fait découvrir combien François était naturellement porté vers la contemplation et la prière.
Nous nous sommes, bien sûr, beaucoup intéressés à la vie de Saint François (1182-1226). L’homme de Dieu a quitté sa maison, abandonné son héritage, pour épouser dame Pauvreté, et le Seigneur l’a pris à son service.
Du jour où, à Saint-Damien, il entendit le Crucifié lui dire :
« Va, répare mon Eglise en ruine » (1206) jusqu’au jour où il reçut les stigmates de la Passion (1224) et à celui où il mourut, tout au long de la vie itinérante qu’il mena avec ses frères, François n’a eu d’autre souci que de mettre ses pas dans ceux de Jésus pour vivre les Béatitudes. « Heureux les pauvres », tout François est contenu dans ces mots.  »

 

Marie-Jeanne G.B. :  » Depuis le mois janvier l’équipe locale du Secours Catholique avait invité à faire un bout de chemin vers Assise, en « fraternité… » ; 25 personnes de la paroisse se sont mises en route. Arrivés à Assise au petit matin, les premières lueurs du jour commençaient à éclairer la ville… malgré la fatigue du voyage l’émotion était perceptible.
Nous logions à quelques minutes de la Porte San Piétro , à la « Citadella »., c’est une maison de grande capacité d’accueil mais qui garde un caractère familial, elle est ouverte à tous. La situation géographique nous a permis d’arpenter la ville (toute en escaliers), ville dont émane paix et douceur , François et Claire ont laissé des traces vivantes !
Le 1er jour : la visite de la basilique Saint François. Ensuite, nos journées avaient un cadre à peu près semblable : matin et soir temps d’échanges en « fraternité », chaque jour sur un thème : « Rencontre, confiance, choisir ».
Une visite était organisée chaque matin:
– la Portioncule : lieu où François s’est senti envoyé en mission, lieu de la 1ére fraternité et lieu où il est venu mourir. Une sœur franciscaine nous a raconté la vie de François avec beaucoup humour !
– San Damiano où François, devant le crucifix bien connu, a entendu l’appel du Christ « pour aller réparer son Église » et où il a, par la suite « installé » Claire et celles qui l’ont suivie pour vivre en communauté
– les Carcéries où François se retirait dans la montagne pour prier,contempler…
Dans ces 2 derniers lieux celles et ceux qui le souhaitaient ont pu participer à la Messe avec notre évêque.
Tous les après-midi après un temps commun chacun(e) pouvait choisir ce qu’il voulait faire : visite libre dans Assise vers Ste Claire, St Ruffin et pour flâner… découvrir…visite à la Caritas : (Casa du Papa François) où des franciscains accueillent et accompagnent des personnes sans domicile et les aident à trouver leur place, une rencontre avec les Clarisses françaises, ou rester sur place pour des ateliers créatifs, chant, danse,
Pour faire suite à ce qui avait été partagé en fraternité , la symbolique du bâton pour avancer et du sac à dos a été prolongée, ainsi le 1er soir chacun(e) a reçu un bâton où il a pu inscrire son nom.et pendant le temps d’envoi du dernier jour, chaque « fraternité » a été appelée pour recevoir un sac à dos à ouvrir à l’arrivée.
Toute la semaine a été vécue dans la joie, la bonne humeur, les rires, le clou a été la soirée festive du dernier soir, un vrai cirque !!
Et plein d’idées ont jailli pour « habiter »notre nouvel appartement de « la Rencontre », aux 1 rues de l’hôpital, puisque les travaux sont enfin terminés. Comme tout changement il provoque un déplacement et nous allons concrétiser nos idées en développant les temps d’ouverture avec de nouveaux projets. Rappelons que ce lieu de vie est ouvert à toutes et tous dans la diversité des cultures, des religions et des générations. Ce qui est premier vivre la fraternité et favoriser la recherche de sens à travers des activités multiples décidés par les participants, chacun étant acteur dans ce qui se vit ensemble !
Bientôt, après l’inauguration, nous allons vous inviter pour une « Porte ouverte » et nous pourrons aussi parler de la suite à donner à Assise avec celles et ceux qui le souhaitent !
Avec la devise d’Assise « Paix et Bien » ! «