Retour sur la visite pastorale dans la paroisse Sainte Anne de Bonlieu

Du jeudi 26 au dimanche 29 avril, la paroisse Sainte-Anne-de-Bonlieu a reçu Mgr Michel pour sa visite pastorale. Sans vouloir retracer chaque étape d’un emploi du temps très chargé, il est bon de revenir sur ce qui a marqué ceux qu’il a rencontrés et sur ce qu’ont retenu ceux qui l’ont écouté.

Les différentes équipes de bénévoles ont entendu l’appel à purifier leur joie de croire pour prendre le temps de la partager et l’appel à expérimenter la fraternité qui devrait être beaucoup plus active dans nos communautés. Ils n’auront pas oublié la mise en garde contre les tentations de s’incruster ou de chercher à être toujours plus super-organisé.
Pour les acteurs de solidarité réunis le jeudi après-midi, se retrouver autour de leur évêque a été un moment d’espérance en voyant tant de personnes qui apportent leur goutte d’eau, ici et là, dans des domaines très divers, et qui ainsi mettent en pratique la Parole. En se confrontant aux réalités de la paroisse, ses points forts et ses points faibles, la rencontre avec le conseil pastoral et avec le conseil économique a été constructive, selon les participants, avec chez plusieurs une belle fierté d’avoir montré ce qui se fait dans notre paroisse, notamment le parcours doctrine sociale de l’Église (DSE).

Vendredi, après la visite de l’entreprise Croq Déli Drôme dans une ambiance très accueillante, la rencontre avec l’association Musiques au Monastère a été l’occasion pour Mgr Michel d’exprimer sa satisfaction de voir nos lieux s’ouvrir à la culture. Lors de la réunion et du repas du Café Bon Thé à Marsanne, notre évêque mais aussi le maire et son épouse ont partagé avec les personnes âgées isolées le repas itinérant bimensuel qui leur est proposé ; à travers les commentaires reçus, on devine aisément que ces moments étaient empreints d’émotion et de joie.

La visite du centre d’Incendie et de Secours de La Valdaine a laissé les pompiers très heureux d’entendre reconnaître l’importance de leur engagement et du don d’une partie de leur vie pour les autres. Les moments passés à la gendarmerie de Montélimar ont permis de percevoir – ou au moins d’entrevoir – la grande difficulté du métier et la souffrance qu’il peut engendrer chez qui l’exerce avec humanité, surtout quand la protection de l’enfance est en cause. À la maison de retraite de Beauvoir, c’est également la difficulté des métiers de soins et d’assistance aux personnes âgées et bien sûr les souffrances des résidents qui ont été au cœur des échanges et de la messe concélébrée dans une chapelle comble.
Un « Vendredi de Bonlieu » a terminé cette journée sur le thème l’Église est-elle nécessaire à la foi ? Échanger, se laisser enseigner puis chanter les complies, est devenu un moment fort pour la paroisse, ce l’était d’autant plus quand nous recevons l’enseignement de notre évêque.

Après les laudes et la messe, la journée du samedi a commencé par la rencontre des maires ; l’un d’eux a apprécié que Mgr Michel ait reconnu que la sociologie des campagnes avait changé tout en soulignant que la foi d’un village ne se mesurait pas au nombre de messes qui y sont célébrées chaque année. L’après-midi, un moment d’humour a été offert sous la forme d’un sketch sur le thème être jeune et catho au XXIème siècle, comme pour démontrer que malgré le grand décalage de modes de vie, on peut avoir une foi décontractée et forte.

La fin de la journée s’est déroulée à Dieulefit. Après une réunion avec les membres de l’association du Labor, a été projeté le film La Prière qui a été suivi d’un débat plein d’intérêt au cours duquel sont intervenus des jeunes en réinsertion au Gué (centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie) ; ceux qui les ont écoutés ont été touchés de leur envie de communiquer, de leur volonté de s’en sortir et de la force de la fraternité qu’ils vivent entre eux.

Le dimanche était un dimanche caté. Après un temps de louange dans la basilique, l’évêque a rencontré la soixantaine d’enfants de CE et CM pour un temps de questions-réponses. Puis les quelque vingt jeunes de l’aumônerie ont échangé avec lui sur leurs aspirations, leurs joies, leurs craintes, sa et leur vocation. Enfin, après avoir salué les enfants de l’éveil à la foi il a rejoint la vingtaine de parents pour un dialogue libre et joyeux autour de la prière, thème du jour.
La messe de 11 heures a réuni, autour de l’autel et de Mgr Michel, les prêtres Guillaume Teissier, vicaire général, Pierre Legendre et Joël Guintang, nos curés, Marie Van, du Carmel de la Vierge Missionnaire, les diacres Pierre Bourdrel, Philippe Capoen et Bernard Chaine, Frère Edmond et Frère Sébastien, Frères des campagnes,  ainsi qu’un tel nombre de fidèles que des bancs ont dû être installés à l’extérieur.
À l’issue de la célébration, ont eu lieu la remise de cordons de couleurs aux servants de messe en signe de leur progression dans le service de la messe et dans leur vie de foi ainsi que la remise de lettres de mission signifiant la mission ecclésiale reçue, avant que la pluie oblige les convives du pique-nique partagé à s’abriter dans la grange.

Durant ces quatre jours, notre évêque a beaucoup écoutés mais il s’est également adressé à nous à de nombreuses reprises. Il nous a enseignés, il nous a exhortés, il nous a envoyés en mission. L’enseignement a été une sorte de remise à niveau, sans complication ni concession. Nous avons noté sur l’Église : ‘l’Église est objet de foi, elle fait partie de la foi‘ ; ‘l’Église n’est pas le parti du Christ, elle n’est pas mon Église, elle est son Église‘ ; ‘l’Église est le signe et le moyen de l’unité du genre humain ‘ ; ‘dans la communion des saints nous nous portons les uns les autres’.
Et précisément nous sommes exhortés à la sainteté, dans la ligne de l’exhortation apostolique « Soyez dans la joie et l’allégresse » du pape François : ‘la sainteté est pour tous, c’est la sainteté de la porte d’à côté, la classe moyenne de la sainteté’ ; ‘il faut entrer dans le mystère de l’Église, aimer notre Église, la défendre’.
Enfin nous sommes envoyés : ‘le but de la visite pastorale est de nous faire grandir en élan missionnaire’ ; ‘on a besoin de tout le monde’ ; ‘les actes des apôtres continuent à s’écrire’ ; ‘accueillir l’amour du Père qui nous fait sortir vers les frères’; ‘en vous donnant cet évangéliaire, je veux marquer la joie de la visite pastorale et vous inviter à ce que la Parole de Dieu soit au cœur de toute l’activité de votre paroisse’ ; ‘beaucoup se sont éloignés progressivement de l’Église, les fossés se sont installés et personne ne sait plus comment jeter une petite passerelle, d’un côté comme de l’autre’ ; et les passerelles qui sont posées sont source de joie pour tout le monde.

Laissons au père Pierre Legendre, non pas le mot de la fin, mais la formulation de l’essentiel : la visite pastorale, c’est la présence de Dieu avec son peuple.

Denis Faure

Retour en images sur la visite pastorale :