Paroisse Sainte-Famille du Crestois : Spectacle médiéval, du rêve à la réalité !

En ouverture officielle des Médiévales de Crest nous avons voulu proposer une grande fresque historique et légendaire baptisée Le Rêve de Gauthier, Trésor caché du Moyen-Âge. En écrivant ces pages, je souhaitais plonger le public dans la face cachée de notre histoire, sa face lumineuse que l’on occulte si souvent notamment dans les manuels scolaires… Souligner comment la foi chrétienne a fécondé la terre de
France et a forgé cette culture si riche et millénaire.

C’était aussi une manière d’inclure la paroisse dans un grand événement local puisque plus de 10 000 personnes viennent pour ces fêtes chaque année. Je n’oublierai pas la tête de certains de mes interlocuteurs à la mairie quand j’ai parlé du projet la première fois. Ils craignaient manifestement la scénette bricolée de patronage. Quand je leur ai parlé d’une centaine d’acteurs et figurants, de costumes créés depuis des mois, d’une sonorisation de grande qualité, etc., j’ai senti que le regard changeait. Ils se sont alors sérieusement intéressés au
projet, conscients aussi de l’aubaine que cela représentait : de deux jours précédemment, les Médiévales pouvaient ainsi passer à trois sans aucun surcoût pour la mairie… C’était donc OK, nous serions en ouverture des Médiévales 2019 !

Même chose du côté des commerçants, d’abord un peu réticents, notamment les bistrotiers avec qui nous devions négocier le prêt gracieux de leurs terrasses pour placer le public. Passées les premières craintes, ils ont accepté de jouer le jeu ! Le soir venu, alors qu’une pluie dense commençait à s’abattre sur la place de l’église, nous décidons avec la mairie de lancer le grand spectacle avec 15 mn d’avance. La foule est dense, la nuit est bien noire, c’est parfait pour notre sons et lumières.

La musique retentit, les premières scènes se déroulent, les colonnes de l’église s’illuminent de bleu, puis de jaune… le cadre est imposant. Tout le dispositif électrique avec plus de 600 m de rallonges a été étanchéifié par nos équipes techniques, un travail délicat qui a porté ses fruits ! Les acteurs se donnent tous magnifiquement. Je n’oublierai pas les visages émerveillés en voyant arriver dans une lumière bleue toutes les danseuses à la chevelure illuminée de mille et une petites lumières. Nous sommes en plein dans le rêve de Gauthier qui voit alors trois grandes figures de femmes du Moyen-Âge : Hildegarde, Claire d’Assise et Jeanne d’Arc. Le passage à Crest du Pape (français d’ailleurs !) Calixte II (événement historique attesté grâce à des lettres du pape écrites depuis Crest) est un autre moment fort du spectacle avant l’adoubement final.

Quelle joie de voir tant de personnes d’âges et de provenances si variées jouer ensemble et partager une même aventure. Sur les marches du parvis, ils formaient une belle et grande famille. Des liens nombreux se sont tissés dans la paroisse. Quant aux spectateurs venus nombreux
malgré le temps, ils ont bruyamment partagé leur joie à la fin. Un jeune policier me confiait le lendemain : « Vous savez mon père, c’était vraiment magnifique et le son était immersif. C’était splendide ! ». Les bistrotiers y sont allés aussi de leurs couplets cette fois pour nous pousser très fort à… recommencer ! Le maire également. Bref, le pari est lancé, on vous attend pour une nouvelle édition le vendredi 29 mai 2020 à 22 h avec de nouvelles surprises en perspective…

Père Damien de Villepoix, curé de la paroisse Sainte-Famille du Crestois

Témoignages de deux jeunes actrices

« Ce spectacle m’a permis de découvrir la vie de sainte Hildegarde de Bingen que j’ai eu l’honneur de jouer. Désormais je me sens plus proche de cette grande femme. Et cela m’a permis de rencontrer d’autres paroissiens. Chacun d’eux mettait un de ses talents au service des
autres pour permettre la réalisation d’un beau spectacle (costumes, décors, montage sonore, mise en scène, création des chorégraphies…).
Des amis non chrétiens m’ont dit que ce spectacle leur avait permis de connaître des personnages et des faits de l’Église et de l’Histoire.
Le rêve de Gauthier fut une très belle expérience qui restera à jamais dans ma mémoire ; j’aurai beaucoup de plaisir à jouer dans le spectacle de l’année prochaine ! »

Aliénor, 14 ans

« Par tous les temps, sous la pluie ou la canicule, nous avons répété avec joie, enthousiasme et persévérance. Nous souhaitions tellement que ce soit réussi… et le challenge à relever était tellement excitant ! Puis est venu le grand soir… l’ambiance était féerique ! Je n’oublierai jamais quand j’ai joué Jeanne d’Arc… j’ai vraiment pris à cœur ce rôle ; j’aime beaucoup cette sainte et je pense que de l’avoir jouée sur scène m’aidera dans ma vie et mon chemin vers la sainteté. Les gardes suisses ont eu un grand succès à la fin et il y avait une grande allégresse ! Tous les paroissiens ont vraiment vécu là quelque chose de très beau et de fort dans une belle communion ! »

Claire-Agathe, 13 ans