Édito de Mgr Michel : La joie des appelés

Lors des visites pastorales, j’invite souvent à prendre conscience que tous, nous sommes appelés. L’Église est, comme son étymologie l’indique (ekklesia du verbe kaleo : appeler), la communauté des appelés. Il n’y a pas, dans l’Église, certains qui seraient appelés, qui auraient « une vocation », et d’autres, qui n’en auraient pas. Personne ne participe à vie de la communauté par hasard.

Imaginons quelqu’un qui prierait ainsi : « Seigneur, tu as bien de la chance d’avoir un disciple tel que moi ! Heureusement que je participe à la vie de ton Église, en ces temps difficiles… ». Au contraire, nous sommes tous invités à nous émerveiller de l’appel gratuit de Dieu pour chacun. Sans aucun mérite de notre part, par grâce, le Seigneur nous a choisis. Ce n’est pas un privilège qui nous met au-dessus des autres, car cet appel reçu a pour but de manifester que Dieu appelle toute personne à la vie, à l’amour, au salut.

L’appel comme fondement de toute vie chrétienne est particulièrement mis en lumière par la liturgie de l’Église. Lors de l’appel décisif des catéchumènes, le premier dimanche de carême, le nom de chaque candidat retentit, suscitant une réponse libre : « Me voici ! ». Dans les célébrations de confirmation, la première étape du rite est l’appel. Cela n’est pas contradictoire avec le fait que la réponse de foi est l’acte le plus libre qui soit ; ni que les cheminements parfois laborieux de notre réponse demandent des médiations, des rencontres et du temps ; ni même avec nos infidélités et notre lenteur
à entendre l’appel du Seigneur.

Sur fond de cet appel baptismal fondamental toujours à accueillir, d’autres appels retentissent. Des appels dans la ligne du baptême, comme la vie consacrée (contemplative ou apostolique), l’expriment, pour aider tout le peuple de Dieu à vivre l’appel à la sainteté. D’autres appels pour des ministères ordonnés dont la mission profonde est la construction du Corps tout entier, pour garantir la présence du Christ par l’annonce de l’Évangile et la célébration des sacrements. Notre Église diocésaine peut rendre grâce pour les deux diacres qui seront ordonnés prêtres en juin et le futur diacre que le Seigneur nous donnera cette année. Par les rendez-vous réguliers de prière dans les paroisses, nous aidons les jeunes à entendre cette parole du pape François : « Sois certain que, si tu reconnais un appel de Dieu et que tu le suis, ce sera ce qui te comblera. » (Il vit, le Christ, N° 176).