Édito de Mgr Michel : Consacrés pour réveiller le monde

Le 2 février, l’Église fête la Présentation du Seigneur au Temple. Jésus ne marche pas encore mais il passe de bras en bras et met tout le monde en action : Marie et Joseph qui font la démarche au Temple prévue par la Loi, Syméon et Anne qui, poussés par l’Esprit, reconnaissent en cet enfant le Sauveur de son Peuple et de tous les peuples. À notre tour, laissons-nous mettre en route vers le Christ, Lumière des hommes. Parmi les baptisés, les consacrés sont des hommes et des femmes qui peuvent réveiller le monde (expression du Pape François) en nous invitant à vivre pleinement notre baptême. La journée mondiale de la vie consacrée, célébrée le 2 février, est l’occasion de leur dire merci.

Tout naturellement, nous pensons d’abord aux religieuses et religieux apostoliques qui habitent au milieu de nous, dans nos villages et les quartiers de nos villes. Ces petites communautés priantes sont des oasis de fraternité. Humblement, les unes et les autres tissent des liens, partagent le quotidien des aînés, offrent l’Évangile autour d’une tasse de café…  Permettez que je ne cite ici que Michèle, Geneviève et Bernadette, religieuses de Jésus-Serviteur vivant au quartier du Plan à Valence-le-Haut, dont j’ai perçu le rayonnement discret mais chaleureux pendant la visite pastorale dans la paroisse Notre-Dame des Peuples au mois de janvier. Frères et sœurs, nous admirons votre courage joyeux, qu’il s’agisse de tenir bon avec le poids des ans, de catéchiser les collégiens, ou, pour nos sœurs africaines et vietnamiennes arrivées plus récemment, de s’insérer dans notre culture…

Dans la Drôme, nous ne pouvons ignorer la vie contemplative : sœurs clarisses de Crest et de Romans, dominicaines de Taulignan, sœurs Rédemptoristines de Saint-Restitut ; et pour les frères, les bénédictins de Triors et les cisterciens d’Aiguebelle. Veilleurs d’espérance, ces moniales et ces moines sont un soutien puissant de la foi du peuple de Dieu et de
sa mission. Les prêtres sentent très fort cette « complicité dans l’Esprit » avec eux, bien manifestée par exemple lors
de la Saint-Bernard à Aiguebelle.

Frères et sœurs, en cette fête, au nom de la communauté diocésaine, je vous assure toutes et tous de notre prière : nous rendons grâce pour votre fidélité et vous nous montrez comment la fragilité et le combat spirituel sont les lieux de l’action de Dieu.

En plus de l’action de grâce, notre prière prend aussi la forme d’une demande pour que des jeunes entendent aujourd’hui l’appel à se donner dans toutes les formes de vie consacrée. Les vœux solennels de Frère Aurélien-Marie à l’abbaye de Triors, le 8 décembre dernier, montrent bien que Dieu appelle aujourd’hui. L’Esprit Saint nous a aussi réservé de belles surprises avec plusieurs consécrations dans la virginité ou le veuvage.

Grâce à la vie consacrée, nous sommes assurés que « l’amour répandu en nos cœurs par l’Esprit Saint » (Romains 5, 5) fructifiera au-delà de ce que nous pouvons imaginer.

Pierre-Yves Michel, évêque de Valence