Six prêtres et deux diacres honorés

La messe de ce samedi 25 juin sera festive à 10h30 à la cathédrale Saint Apollinaire de Valence. Comme chaque année à la même époque, le diocèse honorera ses prêtres et diacres jubilaires. Huit anniversaires seront célébrés en même temps, ceux de l’ordination de prêtres et de diacres du diocèse de Valence, dont la plupart ont été incardinés dans le diocèse de Valence.

Dans l’Ancien Testament le jubilé est «l’année de grâce» (Isaïe 61,2) où sont remises la dette et les peines dues aux péchés. Dans la religion catholique, une indulgence plénière est accordée par le Pape en certains temps et en certaines rares occasions. Plus communément et pour cette occasion, le jubilé est une fête qui célèbre l’anniversaire d’un évènement. Ce samedi 25 juin, parmi les huit jubilaires (télécharger la liste ici), on retrouvera le doyen d’entre eux, en âge et en années de sacerdoce. A 96 ans, Julien Sciolla fêtera, avec 4 jours d’avance, ses 70 ans de sacerdoce. Celui qui est installé depuis quelques années à l’Ehpad de l’Olivier à Valence a connu depuis son ordination six évêques de Valence et un concile !

Bien qu’entré dans la catégorie des prêtres aînés depuis vingt ans, il vit toujours sa foi et sa mission de manière très engagée. Accompagné d’un prêtre de la paroisse Saint Emilien, il célèbre la messe à la chapelle de l’Ehpad deux jours par semaine. Il organise également des temps de partage d’évangile avec les résidents de l’Ehpad le mercredi. « Je prends le texte de l’Evangile du dimanche, on se met en cercle et on échange. Mais souvent ceux qui viennent ne parlent pas. Ils ne trouvent pas les mots et ne sont pas habitués à dire ce qu’ils pensent. Ils attendent le sermon du prêtre « , confie celui qu’on appelle dans les couloirs de l’Ehpad « père ».

Bien qu’affaibli par quelques soucis de santé, quand il s’agit de parler de sa vie de prêtre, Julien Sciolla n’a pas perdu un brin de mémoire. Selon les souvenirs, il alterne entre enthousiasme, nostalgie et déception. Pour la nostalgie il y a sa charge de curé à la paroisse St Paul à Valence de 1968 à 1982, qui n’existe plus dans le quartier du Polygone. Il y a vu l’évolution du quartier avec l’arrivée des premiers réfugiés français d’Algérie, puis des pieds noirs et des harkis.

Son visage s’illumine lorsqu’il se souvient de ses visites à la clinique lorsqu’il était vicaire à la paroisse Notre Dame à Valence, lors desquelles il donnait le sacrement aux malades ou même lorsqu’il baptisait les nouveaux nés, parfois sans avoir rencontré le père de l’enfant âgé de quelques jours. Il y a aussi la création de la chapelle du Grand Charran dont il est à l’initiative en 1955, qui lui donne le sourire. « C’était mon quartier, je connaissais toutes les familles des enfants qui allaient au catéchisme ».

Puis il y a cette déception de voir une pratique de la foi changer et évoluer « la faute aux prêtres et à la liturgie. La pratique de la foi a diminué, avant on remplissait les églises et les chapelles, puis on a vu que ça s’est beaucoup éclairci dans les rangées. On ne retrouve plus le sens de la communauté rassemblée qui pourtant est, à mon sens, une nécessité ». La déception, celle aussi de la solitude depuis la période de confinement avant laquelle de nombreux prêtres se rendaient à l’Ehpad pour discuter, échanger et partager avec le père Sciolla. Mais le Covid a tout bousculé.

Des souvenirs il en a de nombreux en tête et il se passionne de les raconter à celui qui veut bien s’y intéresser pour un moment passionnant. Et bien qu’ayant troqué sa voiture pour une canne, Julien Sciolla siègera bien dans la cathédrale Saint Apollinaire de Valence ce samedi 25 juin, avec le sourire et de nombreux souvenirs qui se bousculeront.


Le Secours Catholique agit contre la pauvreté et en faveur de la solidarité en soutenant les plus fragiles à travers un accompagnement financier et convivial pour sortir de l’isolement. 

C’est un mouvement d’Eglise mais aussi reconnu par l’Etat pour sa dimension caritative. 

Il est donc reconnu comme un acteur de la société civile ouvert à tous sans prosélytisme.

« Dans ce temps de l’avent nous sommes appelés à ouvrir l’horizon de notre cœur, à   nous faire surprendre par la vie qui se présente chaque jour avec ses nouveautés »

Pape François

Secours Catholique

  • Téléphone: 04 75 40 34 77

  • Mail: dromeardeche[at]secours-catholique[dot]org

Voir la fiche