Jeudi 15 février

Aujourd’hui c’est le Père Stéphane NGUYEN-HUNG curé de la paroisse  Saint Pierre des Monts du Matin qui nous présente la Pause Carême.

En ce deuxième jour de carême, nous sommes invités à prendre la croix
pour suivre le Christ.

« Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa
croix chaque jour et qu’il me suive » (Lc 9, 23).

Accepter de rencontrer le Christ et le suivre, c’est accepter de prendre un
risque important, un changement considérable, une conversion. Il n’est pas
facile de prendre la croix et de la porter.

Être chrétien n’est pas anodin, cela veut dire qu’on ne cherche pas la facilité en
évitant nos croix, nos difficultés, nos souffrance. On les accepte, non par la
contrainte mais par amour même de Dieu. C’est par amour que tout devient possible.
Le christ lui-même nous a montré l’exemple, Il a pris sa croix qui est notre
humanité pécheresse. Cette croix est très désagréable à cause de l’infidélité
des hommes.
Cependant, Il l’a acceptée, et l’a prise par Amour pour nous tous et pour faire la
volonté du Père céleste. Quand il y a une blessure, il vaut mieux la traiter
malgré une moche cicatrice que la laisser sans rien faire qui causera des
affections importantes.

Nous avons beaucoup de crainte et de peur en prenant une conversion.
Si le Christ nous demande de prendre la croix et de se renoncer parce qu’il la
porte avec nous et qu’il veut être au centre de notre vie.
Osons des cicatrices guéries par le Christ lui-même. Avec lui, nous n’avons que
confiance.

Ne nous laissons pas tout seul comme un orphelin pour porter la croix tout seul
par notre force personnelle car nous n’arriverons pas. Laissons-nous attiré par
la croix véritable, la croix que porte Jésus, nous la portons avec lui dans une
relation intime et dans une communauté qui est son corps mystique.

Nous renonçons à nous-mêmes pour former le corps unique du Christ.
Portons nous notre croix car cette croix se trouve dans la croix du Christ.

Suivons le Christ car c’est le vrai chemin de vie.

 

Père Stéphane NGUYEN

« Vois ! Aujourd’hui je vous propose la bénédiction ou la malédiction » 

Lecture du livre du Deutéronome 30, 15-20

Moïse disait au peuple :
« Vois ! Je mets aujourd’hui devant toi
ou bien la vie et le bonheur,
ou bien la mort et le malheur.
Ce que je te commande aujourd’hui,
c’est d’aimer le Seigneur ton Dieu,
de marcher dans ses chemins,
de garder ses commandements, ses décrets et ses ordonnances.
Alors, tu vivras et te multiplieras ;
le Seigneur ton Dieu te bénira
dans le pays dont tu vas prendre possession.
Mais si tu détournes ton cœur,
si tu n’obéis pas,
si tu te laisses entraîner
à te prosterner devant d’autres dieux
et à les servir,
je vous le déclare aujourd’hui :
certainement vous périrez,
vous ne vivrez pas de longs jours
sur la terre dont vous allez prendre possession
quand vous aurez passé le Jourdain.
Je prends aujourd’hui à témoin contre vous
le ciel et la terre :
je mets devant toi la vie ou la mort,
la bénédiction ou la malédiction.
Choisis donc la vie,
pour que vous viviez, toi et ta descendance,
en aimant le Seigneur ton Dieu,
en écoutant sa voix, en vous attachant à lui ;
c’est là que se trouve ta vie, une longue vie
sur la terre que le Seigneur a juré de donner
à tes pères, Abraham, Isaac et Jacob. »

PSAUME 1, 1-2, 3, 4.6

R/ Heureux est l’homme
qui met sa foi dans le Seigneur. 

Heureux est l’homme
qui n’entre pas au conseil des méchants,
qui ne suit pas le chemin des pécheurs,
ne siège pas avec ceux qui ricanent,
mais se plaît dans la loi du Seigneur
et murmure sa loi jour et nuit !

Il est comme un arbre
planté près d’un ruisseau,
qui donne du fruit en son temps,
et jamais son feuillage ne meurt ;
tout ce qu’il entreprend réussira.
Tel n’est pas le sort des méchants.

Mais ils sont comme la paille
balayée par le vent.
Le Seigneur connaît le chemin des justes,
mais le chemin des méchants se perdra.

« Celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera » 

Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie.
Convertissez-vous, dit le Seigneur,
car le royaume des Cieux est tout proche.
Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie. 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9, 22-25

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup,
qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes,
qu’il soit tué,
et que, le troisième jour, il ressuscite. »

Il leur disait à tous :
« Celui qui veut marcher à ma suite,
qu’il renonce à lui-même,
qu’il prenne sa croix chaque jour
et qu’il me suive.
Car celui qui veut sauver sa vie
la perdra ;
mais celui qui perdra sa vie à cause de moi
la sauvera.
Quel avantage un homme aura-t-il
à gagner le monde entier,
s’il se perd ou se ruine lui-même ? »