Les aumôniers d’hôpitaux dont on ne peut plus se passer

Confinés mais engagés #2 – La pastorale de santé

Leur visite auprès des patients sont les seules autorisées. Ils soutiennent aussi moralement le personnel soignant qui confie son mal-être

Ils sont les seuls à pouvoir être en lien avec les malades. Ils deviennent les confidents des soignants de plus en plus sollicités par l’afflux de travail lié à l’épidémie de Covid 19. Si habituellement le rôle d’un aumônier d’hôpital est important, en cette période de confinement, il devient stratégique. D’autant que contrairement au premier confinement, les neuf aumôniers des hôpitaux du diocèse de Valence, salariés, sont en présentiel dans les établissements de santé. « On se sent moins à l’écart et  notre présence aide beaucoup le personnel des hôpitaux », relève Marie-Hélène Cotte, responsable de la pastorale de santé. « Même si les contraintes pour les visites, en raison des protocoles sanitaires, sont importantes, cela permet de vivre un temps important notamment avec les personnes en fin de vie qui ne peuvent pas voir leur famille ».

Si habituellement les aumôniers parcourent les services pour aller à la rencontre des patients, là durant le confinement les visites ne concernent que les patients qui font une demande spécifique. « Il suffit juste de nous appeler, que ce soit le patient ou ses proches », insiste Marie-Hélène Cotte. Pour les proches, les aumôniers assurent également un soutien moral et psychologique, et d’accompagnement, alors qu’ils ne peuvent pas voir la personne hospitalisée.

Cette période d’épidémie développe une nouvelle mission pour ces aumôniers, celle du soutien aux soignants. « Ils sont fatigués, parfois à bout, c’est dur pour eux, et ils viennent nous parler et se décharger. Nous sommes une bouffée d’oxygène pour eux qui nous confient leur mal-être ».

Une aide et un dialogue qui permettent de renforcer des liens qui en temps normal existent mais restent limités.