Monseigneur Maurice Bouvier, grande figure de l’Église diocésaine et universelle

Monseigneur Maurice Bouvier, prêtre du diocèse de Valence, pronotaire apostolique et official de Lyon, est décédé le 9 juillet 2018, à l’âge de 88 ans. Grande figure de l’Église diocésaine et universelle, il a été un serviteur fidèle toute sa vie, avec une grande attention aux personnes, notamment dans toutes les démarches de justice ecclésiale dans lesquelles il a travaillé. Retrouvez ci-dessous sa biographie, ainsi que l’homélie de ses funérailles.

Mgr Pierre-Yves Michel, évêque de Valence,
Mgr Didier-Léon Marchand, évêque émérite de Valence,
les prêtres et les diacres du diocèse de Valence,
vous font part du retour vers le Père dans la plénitude de son amour, le 9 juillet 2018,

de Monseigneur Maurice Bouvier,

Protonotaire apostolique et official honoraire de Lyon, à l’âge de 88 ans.

Ses funérailles ont été célébrées le jeudi 12 juillet 2018, à 15h, en l’église de Saint-Uze.

Biographie de Monseigneur Maurice Bouvier

Maurice Bouvier est né le 25 mai 1930 à Saint-Uze. Très jeune, dans la lecture de l’Évangile de saint Matthieu, il a découvert le Christ dans une profonde intimité qu’il approfondira aussi avec Charles de Foucaud. Dès son plus jeune âge, il a été actif et bien accompagné dans la paroisse Saint-Uze qui a donné de nombreux prêtres dans cette première partie du XXe siècle où a été ordonné son frère aîné, Pierre. Ils admiraient et étaient très reconnaissants envers leurs parents, simples ouvriers qui, dès 1930, se sont engagés avec les premiers ouvriers chrétiens dans le C.F.T.C. Drôme-Ardèche. Et, personnellement, toute sa vie, il n’a cessé d’avoir des initiatives envers sa grande famille qu’il aimait visiter et rassembler.

Ordonné prêtre le 20 mars 1955 à l’église de Saint-Uze, après ses études à l’école cléricale Saint-Apollinaire, petit séminaire et grand séminaire à Valence, il est nommé vicaire à Tain l’Hermitage. Mais, dès l’année suivante, il suivra les cours de la Faculté de Droit Canonique de Lyon, où il obtiendra la licence et le doctorat en Droit Canonique. Il s’est alors orienté vers la spirturalité du père Charles de Foucaud, qu’il avait découvert dans ses écrits, et il entre dans la « Fraternité sacerdotale Jésus-Caritas ». Il deviendra même promoteur de sa cause de béatification et écrira un livre Le Christ de Charles de Foucaud. Désormais, il est appelé à divers ministères au niveau diocésain : à l’Évêché de Valence, comme secrétaire, vice-chancelier ; au service de l’Enseignement Catholique, puis au petit séminaire, au grand séminaire, chargé des cours de Droit Canonique, Conseiller canonique, avocat auprès de l’Officialité régionale de Lyon.

En 1985, il est envoyé à Rome au Studio de la Sacrée Rote romaine où il obtient deux diplômes : cause des saints et avocat au Tribunal de la Rote et de la Signature Apostolique. Il devient alors substitut du défenseur du lien auprès du Tribunal suprême de la Signature Apostolique. Le 16 octobre 1989, il devient Prélat d’honneur de sa Sainteté. Il sera nommé promoteur de justice dans la commission diocésaine d’enquête sur la renommée de sainteté, la vie et les vertus de Marthe Robin. Le 7 décembre 1989, il est décoré des insignes du Mérite National, pour avoir promu la langue française à l’étranger.

De retour en France, le 3 janvier 2000, il est nommé Official de Première Instance à Lyon. Le 19 mai 2012, il est nommé Protonotaire apostolique et official honoraire par le Cardinal Philippe Barbarin. Il a été toute sa vie un bon et fidèle serviteur de l’Église universelle. Il était à la fois fier et heureux de ses études à Lyon et à Rome, qui lui ont permis d’être un expert très compétent en Droit Canonique. Il était très humain et très attentif aux personnes dans toutes les démarches de justice ecclésiale où il a travaillé. Il avait une parole de vérité et exigeante, d’abord pour lui-même, et pour les personnes et les communautés qui faisaient appel à lui dans leurs difficultés. Il ne s’est jamais laissé enfermer dans une application rigoriste du Droit Canonique, car il avait un véritable esprit pastoral qu’il a aussi exercé dans l’équipe diocésaine de la Pastorale des migrants, et comme délégué épiscopal du secteur de la Galaure.

À la retraite, retiré dans la maison familiale de Saint-Uze avec son frère Pierre, il est toujours resté très participant au presbyterium diocésain et disponible pour un suivi de très nombreux appels qu’il recevait encore du diocèse de Lyon, de Paris ou de Rome. Il est décédé bien brusquement ce 9 juillet 2018, après une mauvaise chute. Ses funérailles ont été célébrées ce 12 juillet à l’église de Saint-Uze. Qu’il intercède auprès du Seigneur pour son Église qu’il continuera ainsi à servir.

 

Père Michel Perollier

 

Lire l’homélie de ses funérailles :