Ajuster sa proximité à l’enfant pour éviter les abus

Des mesures fortes sont mises en place lors de cette rentrée scolaire pour protéger les mineurs et les personnes vulnérables dans le cadre des activités des paroisses du diocèse de Valence.

Le Diocèse de Valence veut faire de l’Eglise une maison sûre. Après avoir lancé la cellule d’écoute pour des victimes d’abus sexuels, il forme ses animateurs et encadrants d’enfants, et de personnes vulnérables, pour protéger ce public en ayant une proximité ajustée dans la bienveillance éducative.

Vulgarité à proscrire, recherche d’une proximité « ni trop près, ni trop loin », aucun commentaire désobligeant sur l’éducation parentale, ne pas impacter la dignité de la personne lors de rites d’intronisation pour éviter les débordements de type bizutages, limiter l’invasion numérique des téléphones et écrans pour favoriser la rencontre… Ce sont quelques-uns des nombreux points de vigilance qui seront apportés ce samedi 12 septembre, à la maison Diocésaine, aux animateurs de la catéchèse et de l’aumônerie du diocèse qui vont être sensibilisés sur la posture, les attitudes et comportements à adopter.

« Comme toute l’Eglise, notre diocèse s’est engagé avec détermination dans la prévention et la lutte contre les abus de toute sorte. Il s’agit avec cette formation d’aider les encadrants pour progresser dans les bonnes pratiques éducatives au service de la croissance de chaque personne », explique Monseigneur Pierre-Yves Michel, évêque de Valence.

Dès cette rentrée scolaire, chaque personne en charge d’enfants ou de personnes vulnérables sur les 22 paroisses du diocèse devra signer un engagement formel du respect de la posture pour la protection des mineurs et des personnes vulnérables, co-écrit par les différents services du diocèse. Un extrait de casier judiciaire, bulletin numéro 3, devra aussi être fourni lors de toute prise de fonction ou de son renouvellement. En décembre 2018, une première sensibilisation sur le thème avait eu lieu.

« Le service d’éducation auprès des enfants et des jeunes est au cœur de la mission de l’Eglise. Cela demande beaucoup de délicatesse et de respect. Nous en prenons conscience encore plus après la révélation du drame des abus sexuels », poursuit l’évêque.

La cellule d’écoute des victimes d’abus dans l’Eglise, actuels ou passés reste ouverte par téléphone 04 75 81 77 01 et mail parolesdevictime26@valence.cef.fr car ne rien faire c’est assurément permettre la poursuite des violences.

 

Renseignements : ears@ddec26.fr