Aujourd'hui 19 octobre nous fêtons : Saint Isaac Jogues - Missionnaire jésuite au (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
"Tenez vos lampes allumées"
   

J’ adore les feux d’artifice,
je n’ai pas vu celui
du 14 juillet mais je ne
savais pas que j’allais
pouvoir en apprécier un
durant six jours.

La première lueur, c’est la
rencontre dans le train
avec les hospitalières qui
nous font part de leur vécu
au cours des différents
pèlerinages. Puis, une timide étincelle nous
guide vers les malades qui nous attendent
dans la chambre qui nous est attribuée.
Ensuite ce sont des éclats de lumière
pendant les célébrations avec les pèlerins du
monde entier et tous les représentants de
l’Église. Les jours passent et le feux d’artifice
s’intensifie. Chacun prend ses repères : les
horaires des toilettes, des repas, du
couché... dans la chambre des « illuminés »
les éclats de rire, les plaisanteries, les
chansons retentissent, les complicités se
tissent. C’est un tourbillon de lumière, les
jours se succèdent rapidement.

La procession mariale est un moment de
recueillement intense. Les lumignons rayonnent
sur toute l’esplanade. Nous nous
sentons comme portés par un tapis volant
lumineux qui nous rapproche un peu plus de
Marie. Mardi soir, les malades ont les yeux
pétillants. Ils tapent dans leurs mains,
chantent et agitent les lampions colorés et
préparés par les plus jeunes. La soirée se
clôture par un joyeuse farandole improvisée.
Jeudi, c’est l’heure du retour : derniers
échanges d’adresses, de cadeaux,
d’embrassades et de larmes.

Voici l’instant du bouquet final. J’aurais pu
penser que mes larmes inonderaient cette
flamme plus vigoureuse et lumineuse après
six jours de prières, de paix et d’amour. Mais
lorsqu’un malade de sa seule main valide,
passa un doigt sur ma joue, j’ai compris que
son geste me donnait la force de maintenir
ma lampe allumée.

Moi qui étais au pèlerinage à Lourdes pour la
première fois avec un corps valide pour aider
les malades, voici que dans un moment de
ténèbres, c’est une personne dite invalide,
handicapée qui a ravivé d’un seul doigt ma
lampe dont la flamme s’était affaiblie.
Seigneur, merci de m’avoir permis de
partager ce feux d’artifice intense, coloré et
lumineux.

Alexandra

Témoignage paru dans le N°387 du BIPER, Bulletin de la Paroisse St Martin de la Plaine de Valence






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP